subscribe: Posts | Comments | Email

Nouvelle édition n° 34 du magazine Agadir o’flla, février 2016

Commentaires fermés sur Nouvelle édition n° 34 du magazine Agadir o’flla, février 2016
Nouvelle édition n° 34 du magazine Agadir o’flla, février 2016

Editorialoflla3

Le chef du gouvernement, Benkiran, est-il raciste, xénophobe ou ignorant de l’histoire linguistique du Royaume du Maroc? Feu Ali Sedqi Azayku a été écroué en 1982, condamné à un an de prison, pour avoir écrit un article dans la revue Amazighe sur la nécessité de considérer la diversité culturelle au Maroc comme une réalité indiscutable. Aujourd’hui, notre chef du gouvernement a – à maintes reprises et publiquement – dénigré cette même diversité prônée par la nouvelle Constitution. Il a même brandi des propos quasi racistes à l’égard des amazighes, composante historique et essentielle de la communauté marocaine. Il s’agit là probablement d’une fâcheuse méconnaissance de l’histoire ancienne du pays. Histoire qui, rappellerait Azayku, gagnerait à être réécrite. Cette méconnaissance ou occultation, est le résultat d’un enseignement lacunaire qui a passé sous silence une bonne partie de notre histoire. Ce qui a donné par la suite un phénomène unique chez nous, celui d’avoir des responsables politiques de premier rang qui ne parlent même pas les langues des citoyens. Benkirane, lui, non seulement il ne parle pas l’une des langues séculaire de son pays, il en rit. Il reste à savoir ce qui a poussé les gens à voter pour un parti se disant islamiste mais au chef irrespectueux voire insultant ! Il est vrai que chez nous on tolère trop les bavures de nos politiques. Aux USA, il y a de cela une quarantaine d’années, un chef de gouvernement a été obligé de démissionner des suites à la déclaration suivante, faite non sans intention d’humour : “J’ai dans mon équipe une femme, un noir et un handicapé”. Il faut oublier que ce genre d’insulte suffit pour déclencher des colères et des révoltes populaires difficiles à contenir. Si on a échappé de justesse aux soulèvements du printemps dit arabe, des comportements semblables risquent de nous faire vivre un printemps bel et bien amazighe. Dans des situations semblables, c’est normalement le chef de l’Etat qui devrait intervenir comme il le fait chaque fois que son peuple est visé. Il faut rappeler par ailleurs que le Roi lui-même est directement visé par cette discrimination du fait qu’Il est lui-même amazighe, comme tout le monde le sait, par sa mère. Ces insultes non condamnées officiellement, non suivies d’excuses solennelles, ont fait accepter volontairement à beaucoup de gens l’immolation par le feu publiquement de la photo de Benkirane soit brûlée publiquement. Il aurait été brûlé lui-même, cela aurait été accepté. Les agissements répétitifs du chef du gouvernement confirment par ailleurs l’idée qu’ont beaucoup d’observateurs pensant que c’est bien lui qui est l’instigateur de la sortie des lois organiques relatives à l’opérationnalisation de l’officialisation de la langue amazighe. Comme il sous-estime les Amazighes, il ne faut pas attendre de lui qu’il leur reconnaisse leur langue et leur culture.

Comments are closed.