subscribe: Posts | Comments | Email

L’inconscience humaine

Commentaires fermés sur L’inconscience humaine
L’inconscience humaine

SOYONS PO SI TIF !!!

par A-M Parmentier

15622174_1198850170169072_6630529621447917976_nLa connerie humaine a parfois du bon…Peut on imaginer une rampe pour handicapés revêtue d’un carrelage hyper glissant ? oui, à Agadir cela existe dans le plus grand magasin de carrelages d’Afrique, le Ceramlca Mall. Cette aberration va enrichir ma vie, alléluia!!! Mes petits petons n’ont pas résistés à la rampe magique, glissade artistique, réception scabreuse, craquement sinistre et hurlement tragique, j’ai vécu un des moments intenses de ma vie, ma cheville gauche aussi, en plusieurs morceaux… Une expérience nouvelle dans mon existence. Je suis en train de vivre des moments très instructifs avec entrain…Je vais connaître le grand frisson à l’hôpital militaire des armées de Sa Mageste puis les surprises de la Policlinique de la CNSS et je vais faire des rencontres avec des personnages des plus pittoresques: Un urgentiste militaire beau comme un petit Jesus timide et son homologue CNSS un roudoudou comme une tornade, une infirmière ollé ollé !! style « madame Jeanne » qui me prend pour sa « pote » (ainsi que mes bagues)… Son chef le traumatologues, comme une armoire à glace qui va me faire la gueule parce que je refuse de lui laisser jouer avec mes petits morceaux d’os… Pour terminer cette passionnante aventure, une madame Picsous, astucieuse administratrice comptable qui prendra mon argent en ne faisant pas son job, comme c’est la coutume ici au Maroc. Tout baigne ! Vive les urgences et ma cheville cassée. Mais la vie me réserve encore d’autres grandes joies en ces journées bénies, une plantureuse Frieda arrivé comme l’ange Gabriel pour veiller sur ma petite santé. Dans sa hotte, elle m’apporte l’autorisation d’un rapatriement vers le pays Teuton. Agadir-Düsseldorf avec ma nouvelle copine pour connaître une ligne aérienne inconnue et les émotions d’un circuit autoroutier sirène hurlante dans une ambulance conduite par des Fangio digne de Francorchamps. Je file, telle une fée vers le Bois de l’Abbaye, il fallait bien un hôpital dont le nom fut en harmonie avec mon humeur positive. Merlin est là, il va réunir les pièces de mon puzzle. L’héroïne de l’histoire, ma cheville, se reconstruit comme la chenille dans son cocon et pour respecter la positive attitude, elle sera, certe, aussi mobile que les ailes du papillon. Dieu que la vie est belle quand on se casse la figure !

Comments are closed.