subscribe: Posts | Comments | Email

Décollation biblique ou politique, c’est toujours « couper la tête »

Commentaires fermés sur Décollation biblique ou politique, c’est toujours « couper la tête »
Décollation biblique ou politique, c’est toujours « couper la tête »

Abraham and Isaac Laurent de La Hire, 1650

Selon la légende biblique, voire coranique, le patriarche Abraham a tenté de décapiter son fils Isaac en sacrifice, mais Dieu lui envoya son messager, l’Ange Gabriel lui enjoignant de sacrifier un mouton à la place de l’homme.

En ce moment, des millions de musulmans égorgent des millions de moutons, (au Maroc, 7 millions de moutons), en guise de devoir religieux, suivant l’acte d’Abraham. Pendant que l’Organisation de l’ Etat Islamique égorge d’humbles êtres humains, innocents comme Isaac.

Dans la réalité politique de notre siècle, les envoyés du ciel tel que l’Ange Gabriel venant du Dieu, avec un mouton, sont des avions déversant des bombes sur l’Etat Islamique en question.

Cependant, aux yeux du monde, l’Islam est de plus en plus considérée comme la religion des égorgeurs et coupeurs de têtes aussi bien animal que humain.

Il est vrai que la religion chrétienne a vécu le même dilemme en son 15ème siècle avec l’inquisition, et son pouvoir politique à travers toute l’Europe et bien au delà. l’équivalent de chariâa islamiste. Il aura fallut cent ans de guerre pour venir à bout de l’obscurantisme chrétien, et pour en arriver aujourd’hui à une autorité papale exerçant son pouvoir politique sur un état, de 0,44 km. carré.. le Vatican.

En ce 15ème siècle des musulmans, le même scénario se répète, faut-il un siècle de guerre pour réduire l’Etat Islamique à la superficie de la ville de la Mecque 1200 km. carré ?

Écoeuré d’apprendre que l’OEI a encore décapité un innocent britannique, un humaniste bénévole venu en aide à la population de la Syrie.

Comme ni Dieu ni l’Ange Gabriel ne se sont manifestés, pour apaiser ma colère, je voulais prendre un verre dans un bar au Maroc, on me refuse ce verre, parce que je suis marocain car à chaque événement religieux, fêtes et Ramadan, les autorités interdisent aux marocains la consommation de vin et de bière pourtant alcool de production national .

Il paraît que celui qui transgresse cette loi du gouvernement mis en place, est considéré comme criminel.

Ce qui me rappel l’histoire du poète Persan, Omar Khayam, qui s’est fait traité de criminel, parce qu’il buvait du vin derrière la mosquée de Mashhad, par le calife qui décapitait de la même façon que le calife de Baghdad actuel. Le poète lui répondit: « Lequel de nous deux est le plus sanguinaire, celui qui boit le sang humain ou celui qui boit le jus de raisin ».

Comments are closed.