subscribe: Posts | Comments | Email

Le journal de voyage d’un artiste…A lire dans le n° 39 de la nouvelle édition du magazine Agadir O’fll

Commentaires fermés sur Le journal de voyage d’un artiste…A lire dans le n° 39 de la nouvelle édition du magazine Agadir O’fll

JOURNAL DE VOYAGE

D’UN ARTISTE MAROCAIN PARTI

À LA REDÉCOUVERTE DE L’EUROPE

 Par Abdallah Aourik

Suite au livre qui paraîtra bientôt sous le titre «Journey of a Morrocan artist across America » (Itinéraire d’un artiste marocain à travers l’Amérique) concernant mon périple effectué de 1981 à 1986 à travers les 50 Etats-Unis d’Amérique du Nord, découverts grâce à mes peintures et mes dessins, j’entame aujourd’hui un autre ouvrage sur mes voyages de 2011 à 2017 à travers l’Europe sous le titre « Journal de voyage d’un artiste marocain à la redécouverte de l’Europe » illustré de photographies et dessins.

Un voyage à travers une Europe de 27 pays, une Europe plus ou moins unie où chaque nation est devenue une région étatique dans un continent sans frontières internes avec une monnaie unique, parlant plusieurs langues. Un voyage à travers l’Europe du XXIème siècle où je rappelle la situation de chaque pays déjà visités en autos-top à pieds, en train et en bus dans les années 60 lorsque j’étais étudiant.

A présent c’est en compagnie de mon amie Anne-Marie et en voiture que nous entreprenons ce voyage culturel. C’est en tant qu’ artiste et éditeur de la revue Agadir O’flla, que nous partions en quête d’une identité européenne à travers notamment des vestiges préhistoriques et antiques, des monuments et des musées dans le but de redécouvrir la vieille Europe.

Cette première partie publiée dans la 39 ème édition de mon magazine concerne 9 pays de l’Europe de l’Ouest. C’est une introduction donnant un avant-goût, en attendant plus de détails, sur le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie, la Suisse, l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas. Ce sont les derniers pays que nous avons visités ces 6 dernières années en voiture, soit plus de 10.000 km.

Il restera 10 autres états programmés, les ayant déjà visités dans les années 60.

En fait, le continents européen est constitué de 19 pays dont le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Islande, l’Autriche, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande, la Grèce, le Liechtenstein, avec une population de 412 787 386 habitants (recensement de 2011).

C’est un amazighe issu d’une ancienne colonie de la France qui désormais part à la conquête de l’Europe lançant comme un défi aux explorateurs européens qui autrefois se vantaient de la découverte du monde.

Je ne me suis jamais intéressé à vivre en Europe, ni à avoir une quelconque nationalité européenne ou une autre d’ailleurs, parce que J’ai toujours été fier de ma nationalité marocaine, et même après mes études en Europe je ne voyais pas pourquoi j’aurais du changer de nationalité c’est au Maroc que je suis né et c’est au Maroc où je voulais vivre et sans doute mourrir…

Autrefois, on pouvait voyager à travers l’Europe de l’Ouest sans visa. Même à l’époque de la guerre froide quand ce continent était divisé par un rideau de fer avec d’un coté l’idéologie capitaliste et de l’autre celle de l’Europe socialo-communiste, moi amazighe marocain je voyageais entre les deux sans trop de difficultés.

J’ai eu le privilège d’avoir fait des études secondaires en Belgique, supérieures au Royaume-Uni, en Suède, à Berlin Ouest et en Italie durant la guerre froide. Et c’est à l’académie des beaux-arts de Berlin Ouest que j’ai pris conscience de l’existentialisme cosmologique universel, de l’homme libre, l’amazighe, grâce à l’enseignement des philosophies germaniques.

Après Berlin Ouest, j’ai poursuivi mes études de sculpture à l’Academia di Belli Arte di Roma.

C’est ensuite, que j’ai commencé mon premier long voyage en autostop et à pied vers l’Himalaya et la Mongolie, avec un retour rocambolesque au Maroc en 1974, traversant à pied de Katmandu (Népal) à Algésiras (Espagne) ma nationalité ne m’a porté préjudice qu’en France à Vintimille .

Venant d’Italie passant par la France pour rejoindre l’Espagne, j’ai été sauvagement battu par les douaniers français jugeant suspect la présence d’un Marocain qui avait fait un si long parcourt.   (Détails à lire dans le livre à paraître).

Je rentrais à Agadir en 1986 après l’exploration de l’Amérique et de 107 autres pays laissant çà et là de nombreux dessins et peintures qui m’avaient permis de vivre.

Puis un jour, je vois à la télévision, la destruction du mur de Berlin. Ravi d’apprendre cette nouvelle qui me laissait supposer « qu’on pourrait voyager en toute liberté et sans visa sur l’ensemble du continent européen».

Malheureusement, si le mur de Berlin fut anéanti, le rideau de fer fut déplacé entre l’Europe et l’Afrique, suivit d’obligations bureaucratiques imposant le visa pour nous Africains même pour visiter en Europe, des monuments et des musées. Car je ne m’attendais pas à devoir un jour demander un visa pour visiter la France étant né sous son protectorat.

L’obligation d’avoir un visa m’a fait perdre beaucoup d’amis européens.

Pendant plusieurs années je ne m’intéressais plus à l’Europe, je l’avait carrément rayée de ma carte.

Mais en 2010, à l’occasion du cinquantenaire de la reconstruction d’Agadir, j’ai été invité par des rescapés du tremblent de terre du 29 février 1960 résidant en Belgique. Là, en retrouvant Bruxelles où je fus étudiant, j’ai décidé de refaire le voyage à travers l’Europe pour redécouvrir à nouveau ce continent que je ne connaissais pas assez et surtout voir et comprendre ce qu’était devenu cette nouvelle Europe du XXIème siècle.

Quand je compare ce que j’ai vécu en Europe de 1960 par rapport à ce que je découvre depuis mes nouveaux voyages , il y a une grande différence dans tout les domaines que ce soit le social, le politique et même le religieux.

L’Europe de 2017 ne sait plus où elle du point de vue géopolitique, depuis la chute des régimes totalitaires de l’Europe de l’Est ils se sont engouffrés dans l’union européenne acceptant les cadeaux et refusant les partages des obligations. L’Union Européenne vacille tout les mois sous de nouvelles embuches. Alors qu’elle ne veut une union parfaite, Elle ne sait plus sur quel pied danser devant la montée des régionalismes.

Elle est d’autant perturbée par les vagues d’émigrés qui ne cessent de l’envahir et que le terrorisme oriental lui rend la vie infernale.

Elle est dans l’insécurité totale vis avis d’elle-même et du monde.

 

Comments are closed.